Imprimer cet article

Observatoire de la mobilité au travail : Mobilitis annonce les résultats de son enquête 2012

« Pourquoi allez-vous au bureau pour travailler ? »

Paris, le 12 novembre 2012. L’Observatoire de la mobilité au travail délivre ses résultats 2012, suite à une première enquête Mobilitis/Opinionway menée entre le 26 septembre et le 4 octobre 2012. Plus de 1000 personnes[1] en France, salariés de bureau et dirigeants, ont été interrogées sur leurs perceptions du travail à distance et de la mobilité.

L’observatoire lancé par Mobilitis en 2012 a pour objectif d’analyser comment nos comportements et façons de travailler influencent nos besoins en termes d’immobilier d’entreprise et d’aménagement de bureaux. L’intérêt de Mobilitis pour les modes d’organisation du travail s’était déjà illustré dans l’enquête sur les perceptions du coworking en France menée fin 2011[2].

 On travaille maintenant partout, et pas seulement depuis son bureau

La mobilité au sein de l’entreprise est déjà un phénomène acquis : 66% des salariés déclarent travailler souvent ou de temps en temps à un autre poste de travail que leur bureau. 44% des salariés citent notamment les salles de réunion comme lieu de travail au moins occasionnel et 37% citent le bureau d’un collègue. On travaille en revanche encore peu dans les transports (seuls 8% des salariés se déclarent concernés) ou au café (3%).

Le travail à l’extérieur de l’entreprise est une pratique répandue : 42% des salariés disent en avoir fait l’expérience (depuis leur domicile, site client, agence, filiale, bureau satellite, télécentre…) Seuls 8% d’entre eux déclarent toutefois travailler « souvent » à distance.

Alexis Motte, dirigeant de Mobilitis, note que « Même si d’après nos statistiques, le poste de travail est occupé en moyenne entre 45% et 65% du temps, seuls 10% des répondants à l’enquête estiment passer plus de la moitié de leur temps en dehors de leur poste habituel. Il y a un réel écart entre perceptions et réalité. »

On se rend au bureau pour communiquer

88% des salariés interrogés s’accordent à dire qu’il est important pour eux d’être au bureau pour échanger des informations et travailler en équipe. Pour 70% d’entre eux, aller au bureau leur permet d’être entourés de leurs collègues. Indéniablement, l’entreprise crée du lien social et ce lieu répond à un besoin d’échange et de communication.

Le sentiment d’appartenance à l’entreprise est-il lié à la présence physique au bureau ?

C’est un fait. 66% des salariés sondés se déclarent d’accord avec l’idée que la présence au bureau leur donne le sentiment de faire partie de l’entreprise (20% « tout à fait d’accord » et 46% « plutôt d’accord »).

Reste-t-on au bureau pour que le chef voie le travail fait ?

57% des salariés sondés n’évoquent pas le besoin d’être présent physiquement au bureau pour que leur hiérarchie voie qu’ils travaillent.

Oui à davantage de mobilité

En moyenne, un salarié sur deux aimerait être plus souvent mobile : dans l’entreprise (52%) et hors de l’entreprise (48%). L’âge influence les préférences individuelles : les plus de 50 ans sont davantage tentés par la mobilité intra-entreprise (55% des réponses) qu’extra-entreprise (37%), une tendance inversée chez les moins de 30 ans (49% intra et 57% extra-entreprise).

Les dirigeants approuvent-ils le nomadisme ?

Les dirigeants approuvent pour 77% d’entre eux le travail à distance comme composante de l’organisation du travail. Seule une minorité des répondants considère qu’il est viable d’être nomade tout le temps (5% des salariés et 12% des dirigeants). En revanche, dans l’organisation globale, une part de nomadisme est clairement approuvée de tous.

Combien de jours par semaine peut-on travailler à distance ?

L’étude tend à montrer qu’un consensus autour de 2 jours par semaine pourrait être trouvé : 46% des salariés et 24% des dirigeants, soit les deux plus larges segments de population, répondent que 2 jours serait un chiffre raisonnable.  « Ne devrait-on pas finalement aller au bureau pour partager et échanger des idées plutôt que pour s’envoyer des mails ? D’autres lieux que le poste de travail sont aujourd’hui suffisamment équipés en nouvelles technologies pour que l’on donne un nouveau sens au temps que l’on y passe » avance Alexis Motte.

Le télétravail soulève encore des questions

Les dirigeants partagés sur le télétravail

Presqu’un dirigeant sur deux (45%) se déclare plutôt favorable à une demande de télétravail partiel de la part d’un collaborateur. Mais, certainement à cause du cadre juridique qui a mis longtemps à sécuriser les entreprises, les réfractaires à cette évolution restent importants : 48% des dirigeants s’y disent « plutôt opposés ».

Quel effet du travail à distance sur la qualité du travail ?

Parmi les 13% des dirigeants qui estiment que travailler à distance améliore la qualité du travail, 54% pensent que cela fait gagner du temps et 53% que le télétravail permet de mieux de concentrer.

Les 20% des dirigeants qui pensent que le télétravail dégrade la qualité du travail évoquent dans leur majorité des contraintes liées au relationnel (manque de contrôle, difficulté de communication, etc).

Les salariés plébiscitent l’effet du télétravail sur la qualité de leur travail à 37%, citant en premières raisons la capacité de concentration, la réduction de la pression et le gain en autonomie et en flexibilité.

Le manager doit-il être présent tout le temps ?

La présence quotidienne physique du manager est importante mais pas indispensable pour assurer la qualité du travail de ses équipes, répondent très clairement les salariés (à 65%), les dirigeants (61%) et les managers (61%).

Comme l’analyse Alexis Motte : « Nous sommes encore par rapport à de nombreux voisins européens sur un mode de management « présentiel ». Les managers doivent apprendre à manager par objectifs pour s’adapter aux nouveaux modes d’organisation du travail. »

En conclusion

Alors comment favoriser le travail à distance ? Chacun se renvoie la balle. Il faut d’abord faire évoluer l’organisation du travail pour 55% des salariés. Et, alors que 38% des dirigeants estiment que la première étape serait de faire évoluer les mentalités des salariés, 34% des salariés répondent qu’il faut faire évoluer les mentalités des managers ! Le dialogue reste donc à construire…


[1] 813 salariés travaillant dans un bureau en France et 304 dirigeants d’entreprises de toute taille
[2] En partenariat avec Opinionway
 

Vous souhaitez vous obtenir l’enquête complète? Contactez nous : contact@mobilitis.com

On s'organise...


  1. Conseil & Stratégieconseil-strategie4

    Identifie l’ensemble des enjeux stratégiques, financiers, techniques et humains pour aider l’entreprise dans ses choix.


  2. Recherche & TransactionYL5-1301244

    Nous élaborons avec vous le cahier des charges détaillé de votre recherche, puis nous vous accompagnons pour la transaction et la négociation immobilière.


  3. Conception Réalisationconception-realisation

    Gérer, réaliser et suivre le projet. Nous mettons notre savoir-faire, et notre expérience multisectorielle à votre service.

  4. Conseil en Organisation et ChangementConseil en organisation et changement

    La modification de votre lieu et environnement de travail a des implications directes auprès de vos salariés.

  • Moon, mobilier

    Face aux nouvelles façons de penser l’aménagement, le mobilier s’avère un outil majeur pour recréer des espaces privés, jouer autrement sur les volumes et sortir de l’uniformité.

  • Contractant Général
    contractant2

    Choisir de réaliser ses travaux en contractant général, c’est faire le choix de la sécurité. Vous avez ainsi face à vous un interlocuteur unique et expérimenté qui vous garantit le respect du planning et une parfaite maîtrise des coûts.

ILS ONT TESTÉ POUR VOUS

amf saur SFERIS image1 plastic omnium Logo Rémy Cointreau danone Substipharm AXA 2 TDF edf logo-hachette-livre